Après une journée de travail, des allers retours en voiture effrénés et absurdes, s'affaler sur un pouf, devant la télé ! Du tennis, Roland Garros, enfin un plaisir simple ! Deux gars énervés se renvoient la balle jusqu'à plus soif ! A 225km/h ils servent mais pire encore, ils parviennent à renvoyer la balle après une telle performance ! Les nouveaux vieux, la quarantaine, ne comprennent plus ce tennis : où sont les fulgurances aléatoires d'un Henri Leconte, le bluff au filet d'un Yannick Noah, les bondissements d'un Boris Becker, le jeu de jambes de Steffi Graf ? Depuis Jim Courier en passant par Andre Agassi et Thomas Muster, le jeu a changé, tout le monde joue du fond du court, et vas-y que je frappe comme un mulet, tiens, prends ça  et ça ! De vraies bêtes de foire, puissantes, rapides, précises. Même leur prise de raquette a changé, complètement verrouillée !

     N'empêche ! Cela fait du bien, on est là, à les regarder suer, faire l'essuie-glace en fond de court et nous on ferme gentiment les paupières...

tennis

    Oeuvre de Laurent Perbos : Aire, 2005, Université de Provence

     Ma compagne en rentrant me réveillerait presque, elle me demande pourquoi je ne monte pas le son (je suis sur "mute"), je lui réponds que c'est pour mieux dormir. Et là, elle me balance la vérité du soir, tellement logique et imparable :

     "Pour dormir, tu peux même éteindre la télé !"

 

     Ah, les femmes... elles resteront toujours insensibles à la beauté gratuite du sport...