motuspupitre2 recadre     C'est à l'occasion du très beau festival de marionnettes de Mirepoix, le MiMa, 23ème édition, du 4 au 7 août 2011, que j'ai eu la surprise et le bonheur de retrouver Carlos Nogaledo, marionnettiste de talent, que j'avais connu il y a une bonne dizaine d'années lors d'un tournage d'un court métrage étudiant à Toulouse. Il avait été choisi pour incarner notre personnage principal, sorte de journaliste

photo du spectacle tirée du site en construction de la Compagnie dès demain, créée en janvier 2011

 

détective qui sombrait dans la folie. Je savais qu'il jouait alors principalement sur les planches des théâtres et qu'il s'essayait à l'image.

     L'année dernière je le croisais à Toulouse, à la médiathèque, et j'avais appris à ce moment-là qu'il était devenu manipulateur depuis 2003. Et puis, je ne l'avais pas contacté comme je lui avais proposé pour jouer pour une quinzaine d'enfants d'une association à la campagne...

     Cet après-midi donc, grand bien nous a pris à notre petite famille de faire un tour à Mirepoix ! Après une visite très animée et subversive du petit monde de Pulcinella par Francis Debeyre du collectif Zonzons têtes et légendes, nous avons eu la chance de croiser le chemin d'un autre illuminé, au très beau village de Camon, Terry Lee, de la compagnie Green Ginger, dans un conte décalé : Mac et le géant, avant de plonger dans l'univers absurde et poétique de Carlos Nogaledo, qui présentait son personnage Motus, chef d'orchestre très particulier à qui il a donné le jour en 2006.

                      carlos2

     Je ne vais pas ici déflorer son spectacle, il est bon de s'y rendre sans rien savoir, totalement ouvert à cette surprenante et improbable rencontre. Cet étrange mélomane s'apprête à diriger un orchestre, mais il ne lui arrive que des embrouilles !

                           motus carlos

     Nous sommes demeurés impressionnés par la maîtrise technique de sa marionnette à la tête en forme de poire, par sa science du rythme, proche de celui du grand Buster Keaton, par ses gags caustiques et ciselés, par l'interactivité débordante et géniale qu'il crée avec le public, par la métamorphose progressive du personnage et l'écriture parfaite du spectacle...

     Petits et grands avons ri à ce joyeux mais aussi inquiétant face à face, entre la "poire" et nous, le public !

     N'hésitez pas à suivre ce que fait cette compagnie Dès demain, vous ne serez pas déçus !

    

     Quant à moi, je te dis à très bientôt Carlos, merci encore pour cet excellent moment !