Je compte et je recompte mes nouvelles rédigées, et ça n'avance pas ! Douze seulement alors que j'ai l'impression de passer ma vie à écrire ! Quelle perdition ! Et deux en cours seulement...

    Le blog, lui, cumule les pages vite rédigées ou vieilles, non lues ni visitées. Les nouvelles pleurent dans leur fichier informatique, si seules, avant que je les abandonne pour d'autres lubies : films, sons, rien, silence...