29 avril 2012

litho d'elle

                                               Lithographie de l'amie peintre dont je parlais, Cendres Lavy (la pauvre, se retrouver chez le connard sauvage sans l'avoir demandé...).       Quand vous la croisez cette diablesse, pas la litho mais la créatrice, vous vous demandez bien si... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2012

le complexe du peignoir

     Ah, vous ne connaissez pas la théorie dite du "complexe du peignoir" ? Pardon, c'est si commun que je pensais...      En fait, la nudité ne pose pas de problème quand les observateurs sont là pour dessiner, votre corps n'est rien qu'un objet en trois dimensions, complexe, plein d'ombres, lumières et noeuds.      Ce n'est que quand une pause survient que tout se retrouve chamboulé. Descendre de l'estrade, attraper son peignoir et l'enfiler, c'est ces moments-là qui... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2012

comme des baleines

     L'autre soir, j'expliquais à une amie peintre que de poser nu n'était pas difficile, la pudeur s'accomodant vite. Le plus difficile, de loin, est la douleur musculaire, fulgurante pour des personnes raides comme des balais comme moi.     Je lui dévéloppais ensuite ma théorie du "complexe du peignoir" et elle, son amie et moi, nous nous marrions comme des baleines !
Posté par herve le derve à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2012

MONTEverdi

    Fini les boucles de Rigoletto ! Une amie m'a orienté vers Monteverdi pour m'initier aux voix entremêlées, beau, irréel !
Posté par herve le derve à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2012

rémanence de la matière silencieuse

"Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots."      Nathalie Sarraute, citée par Claude Régy, hier soir, mais quel texte ?
Posté par herve le derve à 09:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2012

Le lait du silence

     Hier soir, à l'écoute du metteur en scène Claude Régy présenté par Arnaud Rykner à la librairie Ombres Blanches. Du petit lait, une intelligence en rebonds, un sens du sens et du non-sens. photo d'Alexandre Barry, son assistant, auteur du film : Claude Régy, La brûlure du monde, empruntée au programme du cinéma Utopia      Ses amis sont les mots, les auteurs et le silence. On y entre petit à petit. On réfléchit dans tous les sens, à l'envers, à l'endroit...    Il cite entre... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2012

premiers témoignages

       Un grand merci au passage à Emil Weiss qui nous autorise à emprunter de ses images pour illustrer les propos de l'écrivain de mon film au montage !      Pour l'instant, je n'ai vu de lui que Auschwitz Premiers témoignages, 2010. A suivre. photo prise sur le blog de Véronique Chemla
Posté par herve le derve à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2012

horrible organisation

     Replonger dans les images des camps, de la France occupée, pour illustrer mon documentaire. Je retrouve toute l'horreur, toute l'organisation française et allemande...      J'entends dans La France des camps 1938-1946 de Denis Peschanski et Jorge Amat que le régime n'a pas pu assurer sa politique de camps jusqu'au bout, faute d'argent...
Posté par herve le derve à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2012

Shake the pear and the turbo

     Sortie imprévue au théâtre, invité par une amie, je me retrouve descendant ma longue rue, courant jusqu'au théâtre ! Je me suis glissé dans le vieux drame Roméo et Juliette. Plongée radicale.      A l'entracte je fais l'erreur de rallumer mon portable et là j'apprends que ce n'était pas le turbo mais le moteur qui avait cédé... La deuxième partie fut teintée d'images de voitures en panne, de problèmes d'argent... Étrange mixage... photo du spectacle d'Olivier Py tirée de toulouscope... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2012

Rigoletto

     J'écoute en boucle Rigoletto de Verdi depuis six jours. Une force, comme un vent. La donna è mobile Qual piuma al vento, Muta d'accento - e di pensiero. Sempre un amabile, Leggiadro viso, In pianto o in riso, - è menzognero (La femme est changeante La femme est changeante Telle une plume au vent, Elle change de ton - et d'idée. Toujours un aimable, Gracieux visage, En larmes ou en rire, - est mensonger.) (d'après wikipedia)
Posté par herve le derve à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]