Le soulagement des élections n'a pas su ôter mes maux de crâne.

   Je ne me rends pas chez le médecin parce qu'il ne me trouvera pas assez nauséeux pour me donner congé mais bien trop dépressif pour poursuivre mon enseignement !