J'ai relu tout le mois de septembre de ce blog. Le pire n'est jamais bien loin : j'ai aimé ma déshérence narcissico-comico-débilo-solitaire !

      Il en faut peu dans la déprime pour rire un peu de soi...