- Là, vois-les, approche doucement, ne fais pas de bruit. Tu les vois mieux là ? Leurs espoirs, leur nid, tout, ils croient à tout, jusqu'après le temps des crédits, jusqu'aux petits enfants.

- Et la mort, ils y pensent ?

- Non, ils l'imaginent très loin seulement. Sans douleur, un dernier départ quand tout sera bien en place.

- Ils ne savent pas encore qu'ils construisent pour rien ?

- Non, ne va pas leur dire, tu briserais leurs rêves.

- Et les enfants ?

- Rien, ils s'habitueront. Ils oublieront même quand leurs parents étaient ensemble. Le jardin, la maison, tout.

- Pourquoi continuer à les regarder ? C'est douloureux...

- Je sais. Viens, tu sais maintenant.