Tu pleureras l’heure ou tu pleures
Qui passera trop vitement
Comme passent toutes les heures

(extrait) Apollinaire