29 janvier 2014

The Halfway House de Guillermo Rosales

     Alors, pour ne pas mourir dans cette sécheresse j'ouvre un autre livre, je me dis que deux romans même courts lus dans la même journée ça me fera passer cette journée insipide. Je me suis même énervé, moi ! au travail... Théâtre de moi-même où je ne sais plus si je joue encore ma colère...      Et j'ouvre, ça, Mon Ange de Guilermo Rosales, qui a détruit son oeuvre sauf deux romans dont celui-ci, incipit : "   On pouvait lire boarding home sur la façade la maison, mais je savais que... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 janvier 2014

pierres de taille oubliées

     Paul Nizon m'a renvoyé à ma propre sécheresse, inhumaine, sans bornes. Comment ne pas s'en écarter à mon contact ? Ennui profond à lire son Immersion et en même temps même vie plate, sécheresse intérieure infinie...   "Nous nous déplacions dans l'appartement comme si les meubles étaient devenus des obstacles ou des pièges. Ils étaient désormais des corps étrangers, ils nous barraient le chemin. Ils n'avaient pas eu le temps de se fondre en un ameublement de caractère définitif ; d'accéder à une... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2014

sèche lippée

j'ai longtemps bu au sein fiévreux au coeur des fumées j'en étais quitte et coi pensant toujours laper ainsi   tout s'arrache à la lèvre et le lait et le sein la pluie acide du reste a lavé mes pleurs    
Posté par herve le derve à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2014

l'oublié

Seul des vols reste ce langagePris à la source en la quittantDont un reflet tenait en cage   Olivier Larronde
Posté par herve le derve à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2014

reculs

     C'est avec détermination et courage que j'annule chacune de mes avancées administratives : chaudière, prêts...
Posté par herve le derve à 09:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 janvier 2014

rester assis

     Sur la rive, m'asseoir, attendre que les années passent. Vieux, ne plus parvenir à me relever.
Posté par herve le derve à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2014

non plus moi

     Corrigé le roman cet après-midi. Sentir que tout est là mais que je résiste. Trouver la raison de cette distance. Je n'écris pas sachant que je ne saurais être satisfait de mes faibles phrases. N'être pas reconnu, même de moi.
Posté par herve le derve à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2014

houle et creux

     Pourquoi négliger la force de la houle quand on met en valeur le creux de la vague ?
Posté par herve le derve à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2014

de l'incomplétude et du flot

     Réponse de l'écrivain à mon courrier électronique, sur la nécessité d'être (in)complet pour écrire : "Soyez toujours incomplet cher ***, mais ne laissez pas filer les jours ! Autant ce peut être une force de ne pas se laisser perturber par le monde, autant il faut malgré tout ne pas non plus se laisser emporter par le flot."
Posté par herve le derve à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2014

mystérieuses barricades

     Je parlais à l'écrivain filmé d'Olivier Larronde, lui demandant s'il l'avait lu... "Je me dispute avec le soir fragile et casse Casse comme une vitre et j'ai plusieurs cadavres. On me recueille, on me recolle, et on se lasse: Je couche avec un coin de mur que mon air navre." Olivier Larronde, Barricades mystérieuses.
Posté par herve le derve à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]