31 janvier 2015

pas là

     Perte d'énergie au profit du vide. Tout passe, ça passera...
Posté par herve le derve à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2015

les canaux vides

là pas du tout bas ni haut là  absence d'ici et de moi des canaux creux là des parenthèses vides des traces de celui qui fut une sorte de hasard de l'habitation là danses sans corps ni musique des rires d'enfants figés là un peu plus là et des boucles et des lettres qui ne ferment plus là encore un peu
Posté par herve le derve à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2015

à foison(s)

Là, pas du tout bas, ni haut. Là, pas du tout bas, ni haut. Là, absence d'ici et de moi. Là, pas du tout bas, ni haut. Là, absence d'ici et de moi. Des canaux creux. Là, pas du tout bas, ni haut. Là, absence d'ici et de moi. Des canaux creux. Là. Là, pas du tout bas, ni haut. Là, absence d'ici et de moi. Des canaux creux. Là. Des parenthèses vides. Là, pas du tout bas, ni haut. Là, absence d'ici et de moi. Des canaux creux. Là. Des parenthèses vides. Des traces de celui qui fut. Là, pas du tout bas, ni haut. Là, absence... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2015

de la source noire

     A force de m'éviter, je connais même mes cachettes, cela ne fonctionne plus. Dans l'impasse noire, je me dresse malgré moi face à moi, duel perdu d'avance... Des profondeurs des miroirs j'en ai couché ma source, Narcisse apeuré.
Posté par herve le derve à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2015

prologue de Gargangua

     BEUVEURS tres illustres, et vous, Verolez tres precieux, — car à vous, non à aultres, sont dediez mes escriptz, — Alcibiades, ou dialoge de Platon intitulé Le Bancquet, louant son precepteur Socrates, sans controverse prince des philosophes, entre aultres parolles le dict estre semblable es Silenes. Silenes estoient jadis petites boites, telles que voyons de present es bouticques des apothecaires, pinctes au dessus de figures joyeuses et frivoles, comme de harpies, satyres, oysons bridez, lievres cornuz,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2015

programmatique

rompre l’os et sugcer la sustantificque mouelle
Posté par herve le derve à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2015

seul leurreur

     Adoubé par moi seul, je n'ai besoin d'autre suze pour me leurrer.
Posté par herve le derve à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2015

dans une nuit

     C'est une boîte noire, une mémoire enfouie. C'est là que ça puise. On y descend et tout se forme, dans le coeur de quelque arbre, dans une source noire, dans la fusée d'un reflet. C'est là mais il n'y a pas de sente. C'est du creux que ça s'ouvre, c'est au coeur que ça parle. Encore faut-il entendre. Sans attendre.
Posté par herve le derve à 22:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 janvier 2015

là où personne

     A chaque poème suffit son jour. Refusé encore des éditeurs, je n'ai de cesse que de former mots en boucles, d'associer sons et clins pour ma cahute solitaire. Au fond des bois. Au frais du marigot. Là où tu ne viendras pas.
Posté par herve le derve à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2015

site enté

     (injonctif) Que l'américain qui hante (qui ente) mes pages se présente à l'absence de foule autre sur ce site !      Merci l'ami(e) américain(e) et Wim !
Posté par herve le derve à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]