Lisez le beau texte de Muriel Mayette !

     Je cite :

    Voulant ici épargner au lecteur la chronologie des affrontements et des « Comment jouer... », je voudrais m’autoriser le seul compagnonnage de Samuel Beckett, dont l’œuvre posthume demeure à ce jour l’une des plus délicates à mettre en scène. Les indications de jeu (ou didascalies) figurent en effet en nombre et sont parmi les plus strictes au point que l’auteur lui-même, s’y confrontant parfois en metteur en scène, n’était pas en mesure de toutes les respecter à la lettre.