1 Moanin' (https://youtu.be/__OSyznVDOY)

17h17 je suis parti marcher dans la chaleur la froideur des passants et la chaleur de la ville mourir en groupe une dernière fois pour ce jour plutôt que mourir aux échecs jouer aux échecs champion de l'échec on devrait me laisser gagner avec toute ma poisse parti je ne regardais personne je me voyais quand je marchais chez moi taper l'histoire de l'homme qui plaque tout à 17h17 chez moi à taper l'histoire alors que je marchais un échec de plus le type partait avec les mêmes cinq euros en poche rien d'autre je trichais lui n'avait pas de téléphone moi je regardais le mien toutes les trois minutes en marchant pour être sûr que j'étais encore vivant j'envoyais un message à l'ex aux enfants aux femmes incultes qui gardaient mes bouquins que j'essayais de séduire avec des bouquins le con mon type que je n'écrivais pas marchait donc tout droit jusqu'à la mort on aurait suivi ses pensées si seulement j'écrivais au lieu de marcher tout droit moi aussi on saurait petit à petit pourquoi il marchait il plaquerait tout il avancerait avec les maux au ventre la faim c'est pour ça qu'on reste on ne veut pas les crispations du ventre vide quand j'étais jeune j'avais jeûné pour voir ce que ça faisait l'horreur je voyais des poulets rôtis comme dans les dessins animés la nuit j'étais réveillé par le choc de mes dents qui cherchaient la viande et qui ne se trouvaient qu'elles seules aiguisées impatientes folles je n'écris pas ni ne pars deux échecs de plus juste je me rends au travail et je rentre je perds aux échecs j'écoute la nuit dehors et dedans je n'écris pas ne lis plus sors juste pour la pitance quand quelqu'un a le malheur de tomber sur moi je l'assomme de théories bancales de ma vie brisée pauvres oreilles effarées sans cadre limite grille moi brut perdu mon type que j'écrivais dans ma tête se trouvait un coin pour dormir loin de la ville pas trop loin de poubelles qui lui permettaient de tenir sa famille enquêtait son boulot le remplaçait ses enfants pleuraient la nuit et lui pensais sur son vide sur les nuits impossibles sur son carton pensais les rongeurs le vide bien fait de marcher et ne pas écrire ça aurait pénible de suivre ce type ses rengaines ses pensées morcelées son départ à 17h17 pensant que c'était une bonne heure pour partir moi je marchais comme lui mais une petite boucle toujours rentrer sagement des repas à préparer au fils toujours les mêmes varier quand même un peu lui qui mange vite pressé de retourner à son écran moi au mien l'échiquier qui m'attend ces huit mille types en ligne je pense à tous ceux qui doivent jouer au poker des millions nous à peine dix mille à se torturer quel vide nous pousse à ça hier même journée travail échecs silence intérieur et la radio pour seul échange hier dingue ils avaient remis exactement le même programme que la veille je réécoutais la radio tout à fait autre chose que l'écouter content d'avoir pu dormir avant deux heures du matin sans trop déplacer les pièces dans ma tête quand on me demande comment je vais c'est comme il ya cinq ans quand elle est partie la boule à la gorge je respire mal un poids qui appuie sur mes paupières ça déraille je déraille je m'enferme à midi pour manger avec les parties des maîtres en boucle le soir un bon Mingus en jouant je regarde l'heure l'heure a galopé pendant les parties les nuits creuses en cascade mon corps inutile au creux de la main la tension qui pourrait retomber je feins de tomber dans le sommeil et ça sonne je repars au travail