31 octobre 2016

simple comme la source

Listening It was a night like all the others. Empty of everyting save memory. He thought he’d got to the other side of things. But he hadn’t. He read a little and listened to the radio. Looked out the window for a while. Then went uptsairs. In bed realized he’d left the radio on. But closed his eyes anyway. Inside the deep night, as the house sailed west, he woke up to hear voices murmuring. And froze. Then understood it was only the radio. He got up and went downstairs. He had to pee anyway. A little rain that hadn’t been there... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2016

"dénué de tout sauf de mémoire" (32 tercets et un extrait)

je ne savais pas pour le soleil dehors ni qu'il réchaufferait mon crâne gelé en vélo fin octobre que je prenais pour un hiver   chez moi il faisait noir et froid je paradais seul devant l'écran en découvrant que j'étais entré dans le top 100 des joueurs d'échecs   et je suis sorti juste dans le soleil d'hiver comme le titre d'un de mes poèmes adolescents fin de siècle comme celui de Mallarmé avec ses faunes ivres   sorti pour lire pour changer de jouer de lire de jouer il fallait quitter l'échiquier fou le... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2016

peaux mortes

la nuit à boire et danser à caresser la peau des autres rien n'a suffi au réveil le sale goût toujours de la vie morte en bouche
Posté par herve le derve à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2016

"cette beauté qui se suffit mal du mot beauté pour se définir"

     Porté par les images, les dialogues, les commentaires, la musique, l'intelligence du documentaire de Bertrand Tarvernier sur son rapport au cinéma français pendant 3h15, un réel plaisir ! Les films qui ont construit ma cinéphilie et ceux que je n'ai pas vus se complétaient dans une histoire vivante à souhait. Et le commentaire de Louis Aragon sur Pierrot le fou (que Tavernier a invité avec Elsa Triolet à la projection du film) que je retrouve ici, si beau !      Je cite : Pendant que... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2016

muettement

le vide fait les fonds creusés je peux de nouveau mourir par l'écrit mutiquement  
Posté par herve le derve à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 octobre 2016

théâtre ce soir

     C'est fragile un spectacle, une rose, un souffle, un rêve qui éclôt dans l'inconnu d'un public.      Barbara et moi, mise en scène de Laurent Pérez au Théâtre du Pavé, vu ce soir, et la surprise du voyage a opéré. On a des sons, des images de la chanteuse, des ritournelles, des boucles avant de venir, et là, une autre vision se pose, on suit, étonné, pris. Des chansons que je ne connais pas, une mise en scène réussie avec un duo de comédiennes, Agnès Claverie et Sylvie Maury, qui se font... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2016

initiales poètes

JS RC HM CB AR TC AB JL mes poètes  
Posté par herve le derve à 16:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 octobre 2016

le mélange

Immobile   mangé par mes livres et tes murs Encore frissonnant au coeur d'un centre absent Sous la peau des ténèbres   là   Tous les matins je dois las  Recomposer un homme là-bas en histoires   Avec tout ce mélange     les mots dansent et écrasent mes peurs   De mes jours précédents   ribambelles de nous   Et le peu qui me reste soie fine des pertes   De mes jours à venir.   absences répétées en trous les mots les mots tournent les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 octobre 2016

par ici

la personne la plus éloignée est toujours la plus proche c'est dire si son départ a démasqué tout ce vide rempli je n'ai trop que trop vécu dans ces enveloppes cachetées où est la sortie ?
Posté par herve le derve à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2016

libre Jodo

     J'ai tenté de ne rien préparer, je ne voulais rien préparer de ce que j'allais vous dire. Pourquoi ? Parce que je suis à la recherche de ma vérité intérieure ; je veux découvrir ce que je vais dire, spontanément. Alejandro Jodorowsky
Posté par herve le derve à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]