Une formation  très complète et usante, des temps inexistants, alors les fuites habituelles au cinéma, dans le jeu d'échecs et le sommeil lourd. Pas d'écrit depuis que j'ai adapté une nouvelle de Maupassant et fini mon adaptation de 123 pages de mon roman de chevet. Les impôts, les jugements, la formation encore, je ne pourrai pas écrire avant la fin du mois. J'ai pensé adapter mon roman en bande dessinée, en trois mois cela devrait suffire, l'été sauf blessure je ne pense pas travailler à finir, donc disons mi-octobre.

     Entre-temps, toujours cette idée de trouver du temps pour envoyer mon adaptation aux dessinateurs que j'aime. La liste s'allonge comme l'espoir, contrairement à la réalité...