Au Marathon des Mots, de belles rencontres !

    Jacques Bonnafé interprète démentiellement Fierabras, inconnu de moi, une lutte à mort entre Sarrasins et Chrétiens, épiquement vôtre ! Il chante, il galope dans la chapelle des Carmélites, s'emballe, désarçonne, chute, remonte, rompt heaumes et écus, crie, chante, psalmodie, en avant ! Accompagné par le très posé en comparaison Jodël Grasset au luth et au psaltérion, une habitation, un déménagement mental, tout ça avec recul et ironie !

http://ekladata.com/QlZJpeRhaDNnwz4zozPS7zWxY0E.jpg

(ceci serait un psaltérion)

 

     Et puis, et puis, j'ai fermé les yeux de plaisir quand elle lisait, j'ai retrouvé toutes mes écoutes radiophoniques d'un coup, la passion cinématographique de ma lectrice à la voix adorée de moi, Christine Masson à la cinémathèque, qui livre quelques extraits savoureux de son livre : Aller au cinéma ou Faire l'amour. Un régal ! J'étais comme un cuisinier amateur qui écoute béatement un grand chef dérouler par le menu des recettes savoureuses. Je voyais les yeux fermés tous les acteurs qu'elle évoquait, son émotion, ses rencontres incroyables... Je n'ai pas eu le temps de la voir ensuite, lui parler pendant les dédicaces, dommage, mais je n'aurais probablement pas réussi à lui avouer mes transports de toute façon...