25 juin 2017

à combler

     Et hop! 26 pages ! Combien en faut-il pour remplir le vide ?
Posté par herve le derve à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2017

40 jours 25 planches

     Vingt-cinquième planche découpée de mon adaptation en quarante jours, bien content ! Allez, plus que cent dix ou vingt !
Posté par herve le derve à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

roman pieuvre

     Un nouveau roman fait jour dans mon crâne, folie pure, une sorte de pieuvre insaisissable, si j'arrive à la suivre, de l'écho il pourrait y avoir... Je laisse les idées prendre place, je finis mon adaptation et après je commencerai à tirer les ficelles si tout va bien...
Posté par herve le derve à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

passé sali

     Cette fois, ça ne passe plus, le passé sali plein la bouche, les accusations et les condamnations absurdes, trouver de l'air quelque part...
Posté par herve le derve à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 juin 2017

les transports de Jacques, Jodël et Christine

     Au Marathon des Mots, de belles rencontres !     Jacques Bonnafé interprète démentiellement Fierabras, inconnu de moi, une lutte à mort entre Sarrasins et Chrétiens, épiquement vôtre ! Il chante, il galope dans la chapelle des Carmélites, s'emballe, désarçonne, chute, remonte, rompt heaumes et écus, crie, chante, psalmodie, en avant ! Accompagné par le très posé en comparaison Jodël Grasset au luth et au psaltérion, une habitation, un déménagement mental, tout ça avec recul et ironie ! (ceci... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

sur-nombril

     Adapté cinq pages hier de mon roman en bande dessinée, content. Il me faudrait un dessinateur là aussi, histoire que cela ne ressemble pas trop à une divagation égotique...
Posté par herve le derve à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (13)

     Le pays n’avait pas changé. Toutefois, au-delà du village mort, j’aperçus dans le lointain une sorte de brouillard gris qui recouvrait les hauteurs comme un tapis. Depuis la veille, je m’étais remis à penser à ce berger planteur d’arbres. « Dix mille chênes, me disais-je, occupent vraiment un très large espace ».      J’avais vu mourir trop de monde pendant cinq ans pour ne pas imaginer facilement la mort d’Elzéard Bouffier, d’autant que, lorsqu’on en a vingt, on considère les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]