Hier soir, au hasard d'un film, Colonia de Florian Gallenberger, où il était question de fuite quand moi je sortais à peine de mon écriture sur la fuite de mes deux personnages principaux en adaptant mon roman, j'avais la même sensation de comprendre comment le film était écrit, ses lourdeurs, ses défauts, et exactement comme après la lecture d'un roman de Bret Easton Ellis, Suite(s) impériale(s), j'eus la deuxième sensation, la même, comprenant du même coup que ce que j'écrivais ne valait guère plus que Colonia et Suite(s) impériale(s)... du sous-genre vain.