Être poète, c’est tomber amoureux des mots barbares :

hypotypose, paronomase, glossolalie et toute la clique.