23 septembre 2017

entre le Tarn et l'Hérault

     Cet été encore, sortant du couvert de la forêt interminable, une amie (appelons-la Robinsonnette) et moi débouchions sur le lac de la Raviège, pour une nuit étoilée, dérangés par les virements nerveux des carpes et de l'orage...
Posté par herve le derve à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2017

galop suspendu

     Chez mon amie peintre, je reste toujours devant ce galop suspendu, j'aime !
Posté par herve le derve à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2017

justesse lexicale

Posté par herve le derve à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2017

un été

Posté par herve le derve à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2017

portrait en cours

Posté par herve le derve à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2017

Vrac (être poète) (12)

Être poète, c'est vouloir apprendre le dictionnaire, n'être pas assez malin pour commencer par les lettres y, w, k, et s'arrêter à "abacule".
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2017

nier l'écho

j'ai laissé pendre mes grands poèmes narratifs les flaques se formaient sous les mots tous les sangs ravalés m'enferrent je me regarde sécher pas d'écho rien
Posté par herve le derve à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2017

les trois ombres

     Trois refus de dessinateurs et pourtant j'y crois encore... continuer à travailler, après, on sera mort...
Posté par herve le derve à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2017

sous l'eau

     Impossible de reprendre mon troisième scénario de bande dessinée de l'année, une fatigue, le travail, la vie avec ses mochetés administratives, alors je lis je lis je lis cinq bandes dessinées par jour, et le dernier Ferrante, lu à toute allure, ça marche ça marche L'amie prodigieuse, en train de comprendre pourquoi comment...
Posté par herve le derve à 22:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 septembre 2017

Vrac (être poète) (11)

Être poète, c’est attendre que tout ait gonflé en nous : peur, cris, mots coincés, et assister ahuri à toutes les déflations successives.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]