11 septembre 2017

rire froid

     Revu pour la énième fois hier soir Le grand soir de Benoît Delépine et Gustave Kervern ; frappé par le rire froid qui monte, la force des acteurs, les miroirs fous de la société !
Posté par herve le derve à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2017

en avant

     Frontal, pas assez de caractérisation des personnages, ça tue à plein nez, n'empêche, on a marché ma fille et moi au stress de Seven sisters de Tommy Wirkola ce matin...
Posté par herve le derve à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2017

Кроткая

     J'étais au coeur du cauchemar, attaché, les yeux écarquillés, avec l'envie de fuir, de fermer les yeux, les oreilles et le coeur, et je suis resté, coeur gelé, immobile, attendant la fin, la potence de cette femme et la mienne, c'était comme si Kafka était là, un Kafka surmultiplié, un Kusturica sans humour, un Kundera loin de la France, un Pawlikowski moins humain, un Hrabal sans poésie, je glissais avec elle dans l'infini, on y allait tout droit dans nos brumes, c'était foutu, le carnaval des têtes nous... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2017

Barbara, Petit Paysan, 120 battements par minute

     M'abrutir de films et de livres, période intense ! Habitations multiples, oubli de soi, encore, encore !
Posté par herve le derve à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2017

- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages! (Baudelaire)

     Textos envoyés aujourd'hui avec une amie... "J'ai tout fait dans ma vie, aimé, volé, couru, acheté, vendu, écrit, enseigné, fuit, il me reste les rêves, les nuages et les rêves..."   "J'ai tout compté aussi, les rebours, les étoiles, les rimes et les sangs..."   "La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres."   "C'était Mallarmé!"
Posté par herve le derve à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2017

l'éternel soleil

     Il a quelque chose comme vingt et un ans, et il écrit ça, un testament, un enterrement de texte, une défense et illustration de la création, "il faut être absolument moderne"... Ce midi, je retiens surtout l'absolu, sa saison si pleine, toutes ses lumières, ses villes, ses ponts, ses souffles, ses feux, les brûlures, les écarts, comment peut-on être aussi habité et m'habiter autant ?   Adieu ¯¯¯¯¯¯¯¯ L'automne, déjà ! - Mais pourquoi regretter un éternel soleil, si nous sommes engagés à la découverte... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2017

un bel Adieu

     Mon amie blessée me cite par texto presque par coeur des extraits de Rimbaud, de son lit d'hôpital, quand moi je traîne, face aux silences... Je rétablis le texte, avec plaisir ici !        "Moi ! moi qui me suis dit mage ou ange, dispensé de toute morale, je suis rendu au sol, avec un devoir à chercher, et la réalité rugueuse à étreindre ! Paysan !"
Posté par herve le derve à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2017

calendrier littéraire (septembre 2017)

Posté par herve le derve à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]