Être poète, c'est se tromper de destinataire pour déclarer sa flamme ou pour l'éteindre sur l'écran (trop) tactile.