Être poète, c'est revenir de papillon à chrysalide, angéliquement.