Screenshot_2017-10-08-16-55-24

     C'était dans la yourte des Arbories à Bonnieux, nous écoutions la lecture de poèmes d'une femme dont j'ai oublié le nom, c'était étonnant, riche, personnel, mais monocorde. Au-dessus de nous, au faîte, une mante religieuse dévorait son mâle avec application. Sa tête passait de droite à gauche avec régularité et détermination. J'avais pensé aux anciennes machines à écrire, quand il nous fallait réarmer le ressort pour attaquer la ligne suivante. La veille, au cours d'une autre lecture (mélange de textes évoquant le désir mais le mien retombait gentiment), les deux insectes copulaient. Le lendemain, petit à petit, elle l'a ingéré entièrement, de la tête à l'abdomen. Des morceaux du mâle tombait au sol, pattes, ailes, et une jeune fille de cinq ans peut-être ramassait ces trésors. La lecture s'en trouva rehaussée.