Être poète, c’est la langue du chien sur la joue trouée.