Plaisir de retrouver Oblomov sous les traits de Guillaume Gallienne  sur Arte, vingt-cinq ans après avoir vu le film de Nikita Mikhalkov...