03 novembre 2017

Vrac (être poète) (54)

Être poète, c’est tourner sept fois le couteau dans la bouche avant d’écrire.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2017

"Je ne veux pas que tu aies peur à cause de ma bouche."

     A la fête de la Colombette, à la librairie des frères Floury, nous avons trouvé le livre  Quand ta mère te tue de Dominique Boudou, ami de l'amie et que j'ai eu le bonheur de croiser chez elle en août.       Écriture à nouveau (j'avais déjà aimé Le poète de la face nord qu'il m'avait envoyé et à partir duquel j'avais écrit un long poème sur ce blog fin août) précise, fine, chargée... Un plaisir d'approche de ce qui se terre en nous.  
Posté par herve le derve à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2017

lent ancrage

     A côté de ces deux autres films, le film The Square de Ruben Östlund, pourtant réussi, caustique, fin, puissant, s'efface, question de sensibilité. Mais beaucoup de scènes restent très ancrées, je parle de ce film autour de moi, je relève ses limites, et je me surprends à en rire encore, à en décrire toute la finesse...
Posté par herve le derve à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2017

autre pépite vue

     Sur le film Carré 35, trop de choses à dire ! Envie d'écrire directement à son réalisateur si j'ose, Eric Caravaca, trop intime tout ça ici...      Documentaire d'une intelligence et d'une force, direct, poignant, sensible... 1h07 pleine !    
Posté par herve le derve à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2017

cerfs et ours d'or

     Que de chances ces trois jours passées avec une grande amie ! Vins, mets, mots, films, livres...      Dont un film : Corps et âme d'Ildiko Enyedi. Je ne veux pas copier la bande-annonce ici, je ne veux rien dévoiler, juste allez-y, ouvrez les yeux et les oreilles, sentez...  
Posté par herve le derve à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2017

si beau Gipi

       Lu tout doucement pour comprendre, pour savourer une bande dessinée de Gipi que je n'avais jamais lue (j'ai aimé tout ce que j'ai lu de lui à ce jour : Notes pour une histoire de guerre, Le Local, Ma vie mal dessinée, En descendant le fleuve et autres histoires, S.), il s'agit cette fois de : Vois comme ton ombre s'allonge, dont j'ai extrait, agrandi, déformé quelques vignettes ici, et que je ne vais pas tenter de présenter, complexe, beau, multiple qu'est tout cela.
Posté par herve le derve à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]