Être poète, c’est l’aval et le havre,

la source chaude de nos pertes.