Être poète, c’est avoir à choisir l’euthanasie

avant ou après la délivrance du paquet bien mal ficelé.