Être poète, c’est passer de Michaux à soi-même

par les gouffres amers.