Être poète, c’est les peurs du fils et les pleurs du père,

ou inversement.