30 novembre 2017

Vrac (être poète) (81)

Être poète, c’est voir aussi qu’il ne pleut pas à chaque enterrement.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2017

Vrac (être poète) (80)

Être poète, c’est les peurs du fils et les pleurs du père, ou inversement.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2017

Vrac (être poète) (79)

Être poète, c’est liquider son jumeau.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Vrac (être poète) (78)

Être poète, c’est un souvenir à l’envers, l’avenir.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

...

     Revu et corrigé les 741 premières vignettes de ma première adaptation bd post-Angoulême, crevé ! Je n'ai qu'à peine dépassé la moitié...     Ensuite, même chose à venir pour la bd tirée de mon roman... Deux semaines lourdes en perspective...  
Posté par herve le derve à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2017

Vrac (être poète) (77)

Être poète, c’est « partir toucher l’horizon à dos de vodka-bison ».
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2017

Vrac (être poète) (76)

Être poète, c’est se crever l’oeil pour saluer la lune.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2017

Vrac (être poète) (75)

Etre poète, c’est danser avec la camarde, os mêlés.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2017

Vrac (être poète) (74)

Être poète, c’est regarder partir les autres à travers le verre securit de nos yeux.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2017

mon nom enfin affiché

     Je ne m'y attendais plus, toutes ces années à attendre, à la fin, vous n'y croyez plus, vous oubliez presque avoir attendu cette chimère. C'est comme si vous disparaissiez avec elle. Il y a un coeur des illusions et une fois ce coeur atteint, il disparaît pour toujours. Ce matin, enfin, comme dans un rêve, derrière le reflet des vitres, dans la brume encore, même face à nous on ne peut en saisir l'ampleur. C'est son nom, c'est mon nom qu'on voit, que je vois, la police de vos lettres vous semble plus grosse,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]