Être poète, c’est défaire nos nœuds,

tendre la corde de nos tripes obtenue

pour descendre encore plus bas.