Etre poète, c’est rester quand le souffle est parti,

assister à la toilette du mort, aux gestes mécaniques

mais encore tendres des infirmières,

sous le doux rideau des larmes.