Être poète, c’est oublier d’entrer en classe,

les yeux scellés au « néant » de l’appel cloué au-dessus de la porte.