4 c’est vrai

 

ta force puisée dans ta fragilité

je rêvais de ta peau

transparence de nous enfin

 

dans la même impasse

 

tes lèvres

fontaine sucrée

qui se refusaient pourtant

 

dans la même impasse

 

ta main qui tournait les rues

les unes aux autres enfilées

pour me déposer au matin

 

dans la même impasse