"L'écriture aujourd'hui, puisque je suis un être d'écriture, sinon un écrivain, l'écriture est une dépense que Georges Bataille appelait une dépense inconditionnelle, c'est-à-dire une dépense pour rien si vous voulez, et que c'est une sorte d'activité perverse qui effectivement en un sens ne sert à rien, ne peut pas être comptabilisée, voyez-vous, qui excède toujours les services qu'on peut lui demander. Sans doute l'écriture fait partie d'un échange social, quand on écrit on publie des livres, ça fait partie d'un marché de l'édition, ça relève d'une certaine économie, mais dans l'écriture il y a toujours quelque chose en plus qui excède cette rentabilité et qui est le "pour rien", et qui a, je pense, défini très exactement ce que j'appelais au début la jouissance d'écriture, c'est une jouissance pour rien, c'est donc une perversion."

     Roland Barthes, "Radioscopie" de Jacques Chancel, 17 février 1975, reprise dans "L'heure bleue" de Laure Adler, avec Frédéric Beigbeder.