06 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (2 : Jaroslav Seifert)

Concerto de Bach   Le matin, je n'ai jamais dormi longtemps ; les tramways me réveillaient et aussi mes propres vers. Me tirant du lit par les cheveux, ils me traînaient jusqu'à la chaise et m'obligeaient à écrire dès que j'avais fini de me frotter les yeux.   Relié par une douce salive aux lèvres du singulier instant, je ne pensais point au salut de mon âme misérable ; plutôt qu'un bien-être éternel, je désirais un bref moment d'éphémère plaisir.   En vain les cloches me soulevaient du sol ; j'y... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]