12 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (9 : František Listopad)

Lis inexactement   L'été part il n'y a rien à écrire des étangs se rempliront quand les pêches seront mûres  Partir je ne sais où peut-être chez vous les enfants grandis continuent seuls à jouer et l'odeur d'un tonneau de goudron monte du poème de Trakl   Ô beauté du fragment éternité du moment   František Listopad, Krleš, 1998
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]