en passant

je l'ai pris en passant

sur une table

 

une table de nouveautés peut-être

une table avec des livres comme jetés

 

je partais les bandes dessinées sous le bras

de celles qui vous font respirer entre les grands livres

 

il n'y avait pourtant pas vraiment de place dans mes bras ni dans ma tête

la quarantaine de livres sur mon chevet tout Shakespeare déjà et toutes mes pioches aléatoires

la poésie tchèque la poésie brésilienne la revue La Piscine Tardi Les Carnets du sous-sol L'Ivraie en ordre Règne animal

tout ce qui passe de eux à moi par des canaux secrets aussi secrets que l'oubli au fur à mesure des mots avalés

 

je l'ai pris en passant exactement comme j'aurais pu ne pas le prendre sans en aimer ni l'éditeur ni le titre

 

peut-être pas immortelle chez P.O.L de Frédéric Boyer

 

et cette nuit tendant le bras au réveil pour afficher l'heure

le total des heures indormies

je l'ai saisi

ce petit rectangle blanc dans cette blancheur de nuit

 

j'ai voulu l'heure ou Shakespeare et c'est lui à cinq heures qui m'a saisi

 

pourtant les brumes étaient lourdes

la forêt de songes piétinés épaisse

de l'épaisseur du vide qui m'a rempli depuis tant

 

trois textes qui tiennent sur 75 pages

 

peut-être pas immortelle

Une lettre

Les vies

 

mes yeux quittaient l'assassine nuit pour ces mots jetés perdus par Frédéric Boyer

dans un feu de nuit

 

"Par un retournement étrange, souvent, la pensée de la séparation n'éveille en nous que davantage d'attachement."

 

les heurts phrasés du premier texte répondaient à la phrase revenue ponctuée du deuxième

je m'éveillais aux mots

autant d'échos

 

"Oh reviens colombe reviens"

 

entre Théophile Gauthier et Guillaume Apollinaire

l'absente est la même

la noire eau qui passe

sous "le pont des Reviens-t'en"

 

l'éveil au moment où tout fond

ma journée comme ma vie est sauvée

le temps de lire ces trois textes intimes

 

"Ecoute, je suis devenu cette forêt où tu es partie te perdre, et j'attends de voir en face ce que tu as fui. Cette Bête dans les fleurs mortes que nous avons ramassées."

 

j'avais refusé d'entendre la voix d'Alain Bashung disparue

revenue En amont

les collages sonores fleuraient sales à mes oreilles passées

même si le bel Immortels de Dominique A. voulait échapper à la pierre

"Les baisers reçus, savais-tu qu’ils duraient ?"

 

et c'est la voix

la voix rentrée de ces trois textes impossibles qui a su la retourner

la lourde pierre des paupières à découdre

 

ma nuit te lit

les mots du dedans tombent

un à un dans ta cendre

 

"tu me disais deviens le poète

             que tu es"

 

par ta voix cette nuit devenue aube

              c'est atteint

 

 

 

 

 

Et sur le pont des Revien