26 mai 2019

quoique

Changé en rien, ni pierre, ni mousse, dans un écho disparu, et cette musique, les boucles de cette musique je ne saurais dire s'il y avait un mouvement, ni même si je fus en capacité de percevoir quoique ce fut.
Posté par herve le derve à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2019

ce fut

changé en rien ni pierre ni mousse dans un écho disparu et cette musique les boucles de cette musique je ne saurais dire s'il y avait un mouvement ni même si je fus en capacité de percevoir quoique ce fut
Posté par herve le derve à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2019

Dante Alighieri

Ma già volgeva il mio disio e'l velle, Si come rota ch'igualment è mossa, L'amor che move il sole et l'altre stelle.     Mais déjà entraînait mon vouloir, comme roue Tournant d'un mouvement égal, l'amour Qui mène le soleil et les autres étoiles.
Posté par herve le derve à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2019

bruits dedans

     Comme une comparaison mal ficelée, j'attendais la résolution de ce vide mais rien n'arriva. Les cliquetis se firent entendre davantage encore si c'était possible et les milliers de jours s'usèrent tout autant qu'ils pesèrent sur des épaules inutiles. Changé en rien, ni pierre, ni mousse, dans un écho disparu, et cette musique, les boucles de cette musique, je ne saurais dire s'il y avait un mouvement, ni même si je fus en capacité de percevoir quoique ce fut. Rien étant, je ne suis passé à côté de rien.
Posté par herve le derve à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2019

assis sur une pierre

     Emmanuel Maury réunit cent chefs-d'oeuvre de la poésie européenne, aux Editions Singulières, et ouvre le bal avec Walther von der Vogelweide, poète du douxième et treizième siècle... tout aussi moderne qu'Adam de la Halle du treizième siècle que j'avais lu avec passion il y a vingt-cinq ans et plus...   Ich saz ûf eime steine Ich saz ûf eime steine, und dahte bein mit beine; dar ûf satzt ich den ellenbogen; ich hete in mîne hant gesmogen daz kinne und ein mîn wange. dô dâhte ich mir vil ange, wie man... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2019

les trouvailles

     Opéré une sélection des textes à lire pour le 15 juin à Bordeaux, La Causerie, 18h...      Tous les mots se sont mêlés, la tête me tourne...      Le numéro deux de la revue VOL est de nouveau plein de trouvailles ! C'est fou comme les voix des poèmes creusent leur voie avec le temps !
Posté par herve le derve à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2019

lectures au soleil

     Librairie Minimum, toujours des trouvailles...      Maurice Fombeure, que je ne connais pas, mort en 1981... Comme si c'était une poésie du dix-neuvième, mais avec de drôles d'accents, presque modernes...      J'ouvre au hasard, et là, je vois qu'il évoque Mafalda ! Cela ne peut être l'héroïne de bande dessinée vu la date...   Caricature   Mafalda balance aux oiseaux Le gibet bleu de porcelaine, Ses jambes comme des fuseaux, Les volutes de son... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2019

florilège du retour à la fibre poétique

     Fêtons ce retour sur internet, avec une fibre, mais bon, pas si éclaire que ça la fibre...      Des lectures aujourd'hui, poétiques, je cite :   inentendus inemployables mots vus de loin venir pleins d'une surdité d'une obscure ligne comme résultat de l'avantage perdu là de suite arbre au midi blanc immobile quasi mais pas complet en l'oeil silence presque gris Jean-Patrice Courtois        Bon, là, summum des phrases déconstruites, du mal à... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2019

L'homme qui penche

Lenteur, confusion parfois, dues au traitement que je reçois. J'en ai conscience comme un plongeur ou un alpiniste. Et j'en ai besoin. Je me débarrasse d'une ivresse par une autre, d'une mort par une autre mort, du vide par le vide. Ma voix contredite ne passe, pour l'instant, que par ces voies contrariées d'éclipses. Thierry Metz.
Posté par herve le derve à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2019

sans distractions

     Pas d'internet chez moi, les blogs bloqués au travail, j'ai réussi à trouver un chemin pour rédiger à nouveau par ici !      Déménagé, toujours vivant... (déménager, c'est mourir beaucoup).     Des idées plein la tête ! Je me perds dans des temps morts, je ne me pose pas à mon bureau, c'est maintenant, sans internet ni rien que je devrais écrire... J'ai enlevé tellement de distractions ! Il ne reste plus que moi face au néant.
Posté par herve le derve à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]