19 septembre 2015

d'Angot à Mishima

     Echanges épistolaires depuis nos téléphones portables sur la littérature depuis nos lits respectifs et lointains, what else ? - Moi : Je lis Miller, bien atteint le gars... - Elle : Miller a un grain, oui, mais comme bcp d'auteurs que tu lis. Angot disait il y a quelques jours qu'elle écrivait tout simplement parce qu'elle ne sait rien faire d'autre. J'entends bien ce constat. C'est juste rude pour les auteurs sans succès. - Moi : Quand Angot écrit, c'est facile et pulsionnel, suffit de suivre le lit... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2014

oh rien...

- Sans ces malentendus, je suis sûr qu'on aurait pu bien s'entendre... - Comment ? Que dis-tu ?
Posté par herve le derve à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2014

dialogue de cinéma

     Un type en blouse blanche ce matin s'approche de moi, crispé, assis sur son siège bleu sur lequel il avait déroulé un large sopalin et me demande très naturellement :     "-Montrez-moi votre urètre."     Non mais sans blague ! Cela ne va pas bien !    Et moi de lui répondre, en attrapant la chose flapie et modeste entre mes doigts incertains :     "- Oui oui..."
Posté par herve le derve à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2014

après Ida tout est plat

- Je vais moins au ciné en ce moment... - Toi, incroyable ! Pourquoi ? - Après Ida, dur de regarder des films si peu pleins !
Posté par herve le derve à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2013

face au miroir

- Là, vois-les, approche doucement, ne fais pas de bruit. Tu les vois mieux là ? Leurs espoirs, leur nid, tout, ils croient à tout, jusqu'après le temps des crédits, jusqu'aux petits enfants. - Et la mort, ils y pensent ? - Non, ils l'imaginent très loin seulement. Sans douleur, un dernier départ quand tout sera bien en place. - Ils ne savent pas encore qu'ils construisent pour rien ? - Non, ne va pas leur dire, tu briserais leurs rêves. - Et les enfants ? - Rien, ils s'habitueront. Ils oublieront même quand leurs parents... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2013

autre envie

     Une envie animale toute la journée de ne pas écrire...
Posté par herve le derve à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2013

zéro gain

     Encore échoué au concours de scénario ! Je suis le spécialiste des échecs aux concours d'écriture !      Jamais gagné, ni un os ni un caillou !
Posté par herve le derve à 20:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 mars 2013

Le Temps du feu (scénario 2012) (partie 6 et fin)

39 Intérieur jour. Camion du cousin. Gilles est à l'arrière, avec son vélo contre lui. Le camion progresse à vive allure avenue de Grande-Bretagne. Le cousin : Voilà, on arrive, c'est où ? Gilles : Le grand bâtiment sur la gauche ! Le frère : Et voilà. Le camion s'arrête, Gilles en descend avec son vélo et son sac d'où dépassent les massues. Gilles : Comment vous remercier ? Comment vous vous appelez ? Le frère : Sandro et mon cousin Pablo. Gilles :... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2013

Le Temps du feu (scénario 2012) (partie 5)

31 Intérieur jour. Hôpital de Purpan, Toulouse. Au passé. Toujours dans le bureau du médecin échographe, même bureau et décor. Le médecin : Pour le personnel, c'est un peu moins pire. C'est plus difficile après la naissance qu'avant. Gilles : Et il ne pleurera pas, ne bougera pas en arrivant... Le médecin : Oui, c'est un peu moins douloureux pour tout le monde, vous, eux... Sophie, pleurant : Et comment ça se passera ? On... on pourra le voir ? Le médecin : C'est comme vous... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2013

Le Temps du feu (scénario 2012) (partie 4)

24 Intérieur jour. Hôpital de Purpan, Toulouse. Retour au passé. Le médecin échographe est à son bureau, face à Sophie et Gilles. Le médecin : Bon, maintenant que vous êtes décidés, il va falloir choisir le mode opératoire. Sophie : Comment ? Le médecin : Comment interrompre la grossesse. Sophie ne dit rien, estomaquée. Gilles au bout de quelques secondes réagit. Gilles : C'est-à-dire ? Le médecin : Bon. Il y a deux possibilités. Avant ou après la délivrance. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]