14 janvier 2018

rien que pour l'expo Cosey !

Si tout va bien, j'y monte !  
Posté par herve le derve à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2018

mémoire floue

     J'avais vu une pièce mise en scène par Jacques Lassalle à Toulouse, j'ai oublié où, j'ai oublié quoi, un texte grec je pense.      Avant ou après la pièce, il est venu sur scène, il a dit notamment qu'il était touché qu'Arianne soit dans la salle, je me suis retourné, et j'ai vu Ariane Mnouchkine, que j'ai reconnue, l'ayant vue et écoutée quelque temps avant pour sa présentation de sa traduction d'un autre pièce grecque (Sophocle, non Euripide je crois).      Pensées... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2017

comme un chemin

     La solitude comme respiration, jusqu'au bout, au moins il y aura eu cette continuité.
Posté par herve le derve à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2017

poème de la pluie !

     Sous la pluie, trempé, les pieds gelés, j'avançais. Je regarde l'écran de mon portable plein de gouttes, et là, un texte s'écrit tout seul, généré par l'humidité. Hallucinant de voir un texte sortir de nulle part ! Je décidai au bout de trois ou quatre lignes d'essayer de stopper le flux de mots, voici ce que ça donnait :      "mère et ça me qui me semble pas que ce que plus le droit, mais il est avait une petite fille. Ce n'est plus le droit, mais il est en effet de la place du village.... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 novembre 2017

mon nom enfin affiché

     Je ne m'y attendais plus, toutes ces années à attendre, à la fin, vous n'y croyez plus, vous oubliez presque avoir attendu cette chimère. C'est comme si vous disparaissiez avec elle. Il y a un coeur des illusions et une fois ce coeur atteint, il disparaît pour toujours. Ce matin, enfin, comme dans un rêve, derrière le reflet des vitres, dans la brume encore, même face à nous on ne peut en saisir l'ampleur. C'est son nom, c'est mon nom qu'on voit, que je vois, la police de vos lettres vous semble plus grosse,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 octobre 2017

ce qui me "Rest"

   Il est des livres qui vous assomment par leur propension à mettre en relief une thèse incontournable et forte, qui vous enfermeraient presque dans cette boucle de pensée.    C'est le cas avec la lecture de Destins gitans. Des origines à la solution finale de Kenrick et Puxon. Je l'ai lu il y a presque dix ans, et il m'habite toujours, je n'arrive plus à voir l'humanité autrement qu'en opposition, j'adhère avec le constat déprimant et définitif que chaque groupe humain qui se forme se fait au détriment d'un... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2017

passé sali

     Cette fois, ça ne passe plus, le passé sali plein la bouche, les accusations et les condamnations absurdes, trouver de l'air quelque part...
Posté par herve le derve à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 juin 2017

attentiste

     Tout ce qui est en l'air m'empêche de respirer, alors je me repose avant que tout retombe.
Posté par herve le derve à 23:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2017

de l'air

La montagne enfin ! Neige, cascades, soleil !
Posté par herve le derve à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 avril 2017

coulant

     Dur de se reconnaître à travers ses contemporains, en soi. Les grands mouvements de foule, la poudre aux yeux, l'ennui profond des discours creux... J'ai déposé l'enveloppe dans l'urne avec tellement de contradictions, comme on prépare sa corde, en espérant au fond qu'on ne saura pas bien faire le noeud...
Posté par herve le derve à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]