21 janvier 2019

expandébilité

     Des fois j'ai du mal à réfléchir, il y a 400 heures de vidéo supplémentaires par minute sur une grande plate-forme informatique, je calcule, je calcule, et puis, j'implose dans cette expansibilité...
Posté par herve le derve à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2018

écrivains en -ec

Il ne fait pas bon être un écrivain en -ec, que de loupés ! Babouillec, Ravalec, Houellebecq... que de lourdeurs ! Seul s'en sort haut la main le bon vieux Dantec ! Toujours impec' !    
Posté par herve le derve à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2018

fin de pioche

     J'ai fini de piocher dans la poésie tchèque, quelle joie ! Les poèmes fous courront jusqu'à Noël !
Posté par herve le derve à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2018

en chantier

     Dans les rues, hier, j'errais, pour changer. Le soleil baignait mes doutes. Les rayons, les miroirs, les reflets, je n'étais plus seul à être en chantier.
Posté par herve le derve à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2018

expressions du rire

Je ris je ris ce matin, des expressions, légères, légères... L'une d'elles par exemple est bien ri-go-lo-te : "Salué par la critique !" "Il est le peintre de Paris !"
Posté par herve le derve à 12:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 octobre 2018

dans Bordeaux

     Un petit matin, les brumes se levèrent comme nos yeux sur les façades...
Posté par herve le derve à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2018

des cycles

Lire, dormir, travailler, écrire peu... si peu à vivre si peu à dire...  
Posté par herve le derve à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2018

aucun signe

     Aucun signe alentour, la moiteur, le clavier, rien n'en sortira. J'ai même écrit sur la gourmandise, c'est dire le vide... Je me vois mal sur scène défendre ce texte en cours, une sorte de tourbillon d'émotions vaines, que j'ai essayé de classer. Un universitaire naviguant de wiki en citations, pitoyable. J'écoute la guitare de Thibault Cauvin, ça distrait de ces riens. La nuit est tombée, pourquoi résister ?
Posté par herve le derve à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2018

ce jour, las

     Les maux de tête sont trop forts pour écrire quoique ce soit. A la place, je vais essayer de poursuivre le découpage de ma BD en cours, 51ème planche, même si la tâche se révèle ennuyeuse du fait de mon manque d'idées scénaristiquement valables. La poésie me prend parce qu'elle peut se déployer sur quelques heures, cela peut fonctionner. Mais écrire est au-delà de ces transports passagers, c'est véritablement échafauder d'autres mondes. Comme le dit Thierry Metz, je n'ai que quelques mouvances, je fouille dans... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 avril 2018

eureka

     Eureka !      Pour faire taire ces grands groupes qui reposent sur rien, c'est-à-dire sur nos clics, c'est-à-dire sur notre désir, c'est-à-dire sur nos manques, c'est-à-dire sur notre néant, qui gagnent 50 milliards par an là-dessus, c'est-à-dire sur rien, c'est-à-dire sur nos clics, c'est-à-dire sur notre désir, c'est-à-dire sur nos manques, c'est-à-dire sur notre néant, qui présentent des excuses pitoyables, qui reposent sur rien, c'est-à-dire sur nos clics, c'est-à-dire sur notre désir,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]