20 décembre 2017

belle

     Re-re-regardé Belle de jour ce soir en tremblant, en tremblant en tremblant !
Posté par herve le derve à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2017

zoom manaresque

       Zoom et dezoom de la belle couverture d'une anthologie de la bande dessinée érotique...        Extrait d'un dessin de Manara...
Posté par herve le derve à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2017

"Pour que le démon qui est en moi puisse prendre un bus et filer"

     La lecture des Sept garçons d'Anne Wiazemsky mise de côté, faute de plaisir, j'ai le bonheur d'avoir croisé la route de Love in vain, BD de Mezzo et Dupont, qui nous présente Robert Johnson, bluesman mort à vingt-sept ans, auteur de quarante-deux enregistrements. Mezzo, toujours aussi puissant dans son noir et blanc, l'auteur de l'incroyable Le Roi des mouches, fils de Crumb, frère de Clowes et Burns... Plaisir d'y retrouver la verve d'un Duchazeau, dans Le Rêve de Meteor Slim, mais qui est donc ici ce Dupont... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2017

dur de descendre des huit montagnes pour trouver les sept garçons

     Dur de trouver de l'intérêt pour lire Sept garçons d'Anne Wiazemsky, après avoir lu Goffette, Cabré et Cognetti ! J'attends de la consistance, il ne se passe pas grand-chose, il n'y a pas de ton, ça avait l'air bien pourtant, de l'extérieur...      Cela me fait penser, dans un autre contexte, à Gainsbourg...   "Il est beau vu de l'extérieur Pauvre de moi qui m'suis risqué à l'intérieur C'était bon ça évidemment Mais tu sais comme moi que ces choses-là n'ont qu'un temps"
Posté par herve le derve à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2017

en montagne

     Fini de lire Les huit montagnes de Paolo Cognetti. Difficile équation de la simplicité et de la beauté. Beau, au-delà de l'aventure, l'amitié. Pas envie d'écrire sur le livre, comme pour ne pas souiller la neige.
Posté par herve le derve à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2017

des détails

       Relire Portugal de Cyril Pedrosa, les détails, la vie quotidienne, au milieu de ce tout incroyable qu'est notre vie...
Posté par herve le derve à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

des mots de rien...

     Je continue à jouir tout doucement de la poésie de Guy Goffette, des phrases disséminées en vers, en strophes qui ne correspondent pas au rythme des périodes; les images semblent légères, polies par le décalage et la fulgurance, et tout s'envole étrangement au détour d'un nouveau tour de passe-passe.      Touché au coeur en lisant Éloge de Robert Frost, mon voisin, s'articulant sur ce que le poète aurait cru savoir avant de développer ce qu'il reconnaît finalement ne pas savoir. De quoi... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2017

elle écrit des poèmes

     Tu écris des poèmes de Murièle Modély, page 33, je développerai plus tard, mais j'aime j'aime !      Je la revois sur scène, qui "testait" pour la première fois ces-ses poèmes, à la Cave Poésie, je descendais tout juste de scène, ébloui de lumière et trempé de sueur... son ironie, son jeu, sa distance m'avaient lavé d'un coup ! 
Posté par herve le derve à 13:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 décembre 2017

le mur de mon miroir (noir reflet)

Je t'aime   Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud Pour la neige qui fond pour les premières fleurs Pour les animaux purs que l’homme n’effraie pas Je t’aime pour aimer Je t’aime pour toutes les femmes que je n’aime pas Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte Entre autrefois et aujourd’hui Il y a eu toutes ces morts que j’ai franchies sur de la... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2017

2 G 2 t 2 f

Chanson de la vie qui passe   On dit la vie passe comme une (Choisissez vite et les yeux fermés) hirondelle chanson rive ou route avec cycliste aux seins étonnés   C'est à peine si l'on voit filer la mèche déjà la flamme est morte le poisson rouge a bu toute l'eau du bocal voici le bout du bout   (plus le temps de choisir) bon dieu qu'est-ce qu'une chanson qu'on n'a pas chantée une route qu'on n'a jamais prise une vie quand on n'a rien choisi   et que la cycliste est passée   Guy Goffette ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]