26 septembre 2018

A la mystérieuse

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité. Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère ? J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être. Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années je deviendrais une ombre sans doute, Ô balances sentimentales. J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2018

The Night of Loveless Nights

Coucher avec elle Pour le sommeil côte à côte Pour les rêves parallèles Pour la double respiration Coucher avec elle Pour l’ombre unique et surprenante Pour la même chaleur Pour la même solitude Coucher avec elle Pour l’aurore partagée Pour le minuit identique Pour les mêmes fantômes Coucher coucher avec elle Pour l’amour absolu Pour le vice, pour le vice Pour les baisers de toute espèce Coucher avec elle Pour un naufrage ineffable Pour se prouver et prouver vraiment Que jamais n’a pesé sur l’âme et le corps des amants Le... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2018

en forme de mouette

 "Tu déplies tes mains jointes et tu essuies tes yeux. Tes mains lissent tes cheveux et reprennent les outils pour sculpter ta centième boîte à bijoux en forme de mouette. Tu ne parles pas toute seule. Tu parles à tes boîtes alignées sur les étagères comme des oiseaux sur des câbles. Ce sont elles que tu protèges aujourd’hui comme tu protégeais jadis tes enfants. Et tu parles tout bas pour qu’elles ne s’envolent pas."  Jean-Claude GOIRI - Corps suspendus, éditions Qazaq   (mars 2016)
Posté par herve le derve à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2018

Remarques sur Shakespeare (3)

Remarque 3 : Fini Henry VI, première partie, ce matin très tôt. Le jeune dramaturge veut tout entrer dans son drame, mille événements, péripéties, la soupe est bonne certes, mais trop chargée : Jeanne qui discute avec les démons, les défaites guerrières précipitées, la paix trop vite ficelée, les manigances en fin d'acte du Comte de Suffolk, combien de personnages ne semblent pas aboutis également : Gloucester, Exeter, le trop jeune âge de Henry VI, son langage très adulte... Bien content d'enfin découvrir l'oeuvre du maître en... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2018

Remarques sur Shakespeare (2)

Remarque 2 :         A la scène 3 de l'acte III d'Henry VI (première des trois parties), j'ai trouvé trop rapide le revirement politique du Duc de Bourgogne, suite au discours de La célèbre Pucelle, même si c'est une oeuvre de ses débuts... de même la décision de le convaincre, trop proche du passage des troupes de Talbot, peu crédible, ah ! me voilà à faire des remarques de vraisemblance à la française !     Que dire même de la remarque de Jeanne, davantage anglaise que française, une... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2018

Remarques sur Shakespeare (1)

     Je lis Shakespeare, après en avoir acquis l'oeuvre intégrale de ses pièces. J'ai calculé qu'entre trois et cinq mois j'aurais fini.      Peut-être des remarques monteront ici, va savoir.      Remarque 1 :     Tellement de personnages, une telle valse des lieux, improbable théâtre à l'éclairage de celui qui naîtra en France moins d'un siècle après !
Posté par herve le derve à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2018

à la découverte de Grânâz Moussavi

     En bilingue, traduit du persan par Farideh Rava, aux éditions Meet, plus de quarante poèmes, datant de 1990 à 2005, au titre : Les rescapés de la patience, de Grânâz Moussavi, contemporaine, inconnue de moi jusqu'à ce que je pioche ce livre en bibliothèque... Belle trouvaille !   Amoureusement   Derrière ma fenêtre, il y a un corbeau Je fais une grimace Je crie Il me regarde Et ne s'envole pas.   Je n'ai rien d'autre à espérer : Un crépuscule d'hiver Et un corbeau amoureux de moi. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 15:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 septembre 2018

12 voyelles et 18 consonnes tamoules

     Vu par hasard, on me l'a montré, j'ignore le contexte des poèmes, dates, poètes... une anthologie, dans un coffret, chez Po§Psy, c'est de la poésie tamoule je crois, époque Sangam, si j'ai bien compris 8ème siècle, en Inde du Sud... de très beaux textes, langue en 12 voyelles et 18 consonnes, compliqué tout ça, tant de domaines vierges pour moi... "Vous qui m'écoutez, je vous souhaite longue vie. Si, un jour, je parviens à étreindre le corps tendre de La jeune fille aux larges épaules Dont les beaux... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2018

Dosto

     Reprendre la lecture de Crime et châtiment après des années, et tout est en place, je retrouve l'atmosphère, je fais le lien avec le personnage d'Hamsun, et tous les jeunes balzaciens, pauvres, à fuir les logeuses...      Comme une partie qui nous constitue, délivrée à nouveau...
Posté par herve le derve à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2018

et vu et lu...

plein de belles choses depuis début septembre : quand je mets un seul h : très bof, un H pas terrible, 2 HH bien, 3 HHH super, 4 HHHH extra ! (je n'ai plus la patience de commenter, présenter, insérer des photos...) La honte, roman d'Annie Ernaux : HH Guy, film de Lutz : HHH Choix poèmes de Rilke (L'oeil du poète) : HH poésie complète de Sachs : HH Moins que zéro, roman d'Elis : H Elven : série policière sur Arte : h Moi et mon monde, film allemand sur Arte : HHH Fuocoammare, par-delà Lampedusa : documentaire / migration,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]