28 juillet 2015

tension fine

    Vu Poetry de Lee Chang-dong sorti il y a cinq ans. Ce qui manque à la plupart des films, c'est cette structure, cette écriture fine. Dur d'écrire une tension fine.
Posté par herve le derve à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2015

lire écrire, activités infirmes

     Fini le bouquin de l'infirmière, je vais lire la suite...   Vu Valparaiso, téléfilm de Jean-Christophe Delpias, bien ficelé, avec l'excellent Jean-François Stevenin. J'y ai retrouvé Jean-François Wolff qui était sur le tournage de Quartier lointain de Sam Garbarski avec mon beau-fils qui jouait un rôle...      Et écrit écrit... J'évite d'entrer dans la rédaction de la grande scène finale de mon roman, mais je ne vais pas pouvoir l'éviter longtemps...  
Posté par herve le derve à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2015

article inconnu du soldat inconnu

     En vérifiant si j'existais sur le net, mieux vaut ne pas y être, comme le dirait un rescapé des enfers, j'ai retrouvé un article que j'avais rédigé sur un film indien... Inconnu le film, comme l'auteur de l'article, c'est pour ça que ça me touche. Inconnu comme mon film documentaire aussi (là aussi j'en ai trouvé la trace sur le net...)...      Je (me) cite : Critique du film - par ... Unni, L'autre histoire d'un enfant indien de Murali Nair, est un film tourné en 2005 en langue... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2015

échos de scènes

     Le matin lecture, l'après-midi écriture, le soir film en spectateur, pas mal tout ça ! La tête remplie d'histoires...      Hier soir Scènes de la vie conjugale de Bergman, je l'avais vu il y a vingt ans, hier l'impact était bien plus fort ! Tout correspondait à ma vie, les durées du couple, les retrouvailles, les déchirures...      Repris le livre de Sylvie Germain jusqu'après- minuit pour me détourner de tout ça...
Posté par herve le derve à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2015

petit carnage

    Vu Carnage de Roman Polanski hier soir. Bien, une pièce de théâtre adaptée au cinéma, heureusement qu'il a fait court parce que ça tourne un peu en rond. Pas lu Le Dieu du Carnage de Yasmina Reza... J'aurais quand même dû continuer à lire Le Livre des Nuits... mais ça détend...
Posté par herve le derve à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2015

Nus et culottés

     Vu les seize épisodes de l'émission de Nans Thomassey et Guillaume Mouton : Nus et culottés. Pensé à nous quand on dort n'importe où en voyage, mais nous n'avons pas leur ouverture ni leurs caméras, ni leurs talents divers. Un plaisir de les suivre cet été où je suis cloué chez moi, avec ma patte folle...  
Posté par herve le derve à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2015

richu

     A force de lire, tout se mélange... J'ai eu dans l'idée que Sylvie Germain avait sans doute lu Benoni de Knut Hamsun, et même Pan...    Elle écrit bien, phrase ciselées, poétiques et vives. On retrouve différemment un envoûtement proche de celui qu'opère Marguerite Yourcenar (Nouvelles orientales).      Pensé aussi à Carole Martinez, Le Coeur cousu, que je n'ai pas encore lu, juste feuilleté.      Le matin je lis, l'après-midi j'écris, le soir je regarde un... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2015

lectures d'infirme

     Fini Peer Gynt d'Ibsen, farfelu ! Chiant par moments évidemment, mais bon, une sorte de Candide qui aurait croisé la route du baron de Münchausen et de Faust !      Commencé le premier roman de Sylvie Germain que l'infirmière m'a déposé : Le Livre des nuits... et coché tous les livres lus dans la somme répertoriée de Bernard Pivot dans La Bibliothèque idéale...
Posté par herve le derve à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2015

drame poétique

     Commencé Peer Gynt d'Ibsen, dingue, déjanté, faussement pastoral, moderne !
Posté par herve le derve à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

livres dépotés

     Fini de relire La Faim de Knut Hamsun. Fou ! Chacune des pensées si humaine, déraisonnable, désespérante et pleine d'espoir ! Demain, je le prête à mon infirmière, je ne sais quelle tête elle fera !      Sur ma table dépotoir de l'homme immobilisé, je jette un oeil sur un fascicule d'Eluard publié en 1948... « Ouvrir les portes de la nuit, autant rêver d'ouvrir les portes de la mer, le flot effacerait l'audacieux. »      (je découvre sur internet que cela renvoie au... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]