21 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (16 et fin)

XXIII (16) " En vérité, pour comprendre l'incompréhensible, il faut donc à la fois tenir compte des impondérables aléatoires (très nombreux dans ton cas) mais aussi de l'ambivalence des fantasmes, qui ouvre la voie à tous les contraires possibles. " Je crois qu'ainsi toutes les cartes sont sur la table. Il suffisait de quelques-unes d'entre elles, les plus obvies à tout observateur, pour te déclarer non responsable de ton acte, dans le moment où tu l'as commis. " Cela dit, tu ne peux empêcher personne de penser autrement. Mais... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2014

the same pink

Can't keep my eyes from the circling sky
Posté par herve le derve à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2014

un peu d'espoir chanté (Pink Floyd)

Hey you ! don't tell me there's no hope at all Together we stand, divided we fall.
Posté par herve le derve à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (16)

XXIII (16) " Dans l'après coup de l'interprétation interne, il n'en va pas du tout ainsi. D'abord parce qu'elle s'exerce dans la vie même du patient. Mais aussi et surtout parce qu'il n'existe jamais de fantasme "univoque", mais des fantasmes toujours ambivalents. Le désir de tuer par exemple, ou de se détruire et de tout détruire autour de soi, est toujours doublé d'un immense désir d'aimer et d'être aimé malgré tout, d'un immense désir de fusion avec l'autre et donc du salut de l'autre. Il me semble à te lire que c'est extrêmement... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (15)

XXIII (15) " Or ils confondent, ces amis trop bien intentionnés à l'égard de leur ami et -ou- d'eux-mêmes, l'après coup factuel et irréversible de la vie tout court,  et l'après coup de la vie psychique, celui du sens. Dans le premier cas, il est vrai que pour tous les gens et pour tous les amis, il leur faut bien composer leur après coup personnel qui les arrange (je ne prononce nullement ce mot dans une acception péjorative) et leur permet de supporter le choc du drame et d'y faire publiquement face. Mais chacun ou presque a... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2014

Nantes en l'Ombre

     Ecouté avec délectation hier à Ombres Blanches la présentation du Groupe de Nantes autour de Jacques Vaché par Henri Prades, accompagné de quatre lecteurs et lectrices.      Né à Lorient comme votre serviteur, montant la revue Le Canard sauvage (quasiment comme votre serviteur avec son Connard sauvage...) et divaguant comme lui...      J'ai quelque part ce vieux livre de leur groupe, les beaux textes de Jean Sarment entre autre. Je vais retourner l'appartement, ça... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (14)

XXIII (14) " Or dans la vie, les choses ne se passent pas ainsi. On peut mourir d'un simple accident, sans qu'aucun "désir s'y réalise". Mais quand il y a "désir" ou qu'on le soupçonne, on trouve des quantités de gens qui, après coup - et il le faut bien pour eux car ils ont besoin non seulement de comprendre mais de défendre l'idée qu'ils s'en font pour se protéger eux-mêmes, protéger leur ami, ou accuser un tiers, en l'espèce tel médecin qui n'aurait pas fait tout ce qui s'imposait du dehors, d'un dehors "supposé objectif", "à... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (13)

" Tu sais, dans l'histoire d'un individu comme dans l'histoire d'un peuple, Sophocle l'a bien dit, il n'y a de vérité définitive que dans l'après coup de la mort, c'est-à-dire d'une fin irrémédiable, à laquelle plus personne, en premier lieu le mort, ne peut plus rien changer. Et c'est ce coup d'arrêt de la mort qui fait l'après coup à partir duquel on peut décider (cas de Sophocle) si le personnage mort a été heureux ou pas, et dans le cas d'Hélène, ce qui a "causé" sa mort.
Posté par herve le derve à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (12)

XXIII (12) " Or nous avons tous, tous, des fantasmes inconscients agressifs, voire d'homicide, et de meurtre. Si tous ceux qui nourrissent en eux ces fantasmes devaient passer aux actes, nous devrions tous devenir nécessairement, entends-tu, tous des meurtriers. Or l'immense majorité des gens peuvent parfaitement vivre avec leurs fantasmes même homicides, sans jamais passer aux actes pour les réaliser. " Ceux qui disent : il l'a tuée parce qu'il ne pouvait plus la supporter, parce que, même inconsciemment, il désirait se débarrasser... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (11)

XXIII (11) " Or ce qui est très gênant dans ce type de raisonnement (très répandu parce que très rassurant - on y tient en effet une "cause" indubitable), c'est le "parce que" qui y introduit une nécessité sans appel, sans tenir aucun compte de l'accumulation des éléments aléatoires objectifs.
Posté par herve le derve à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]