18 novembre 2014

Nantes en l'Ombre

     Ecouté avec délectation hier à Ombres Blanches la présentation du Groupe de Nantes autour de Jacques Vaché par Henri Prades, accompagné de quatre lecteurs et lectrices.      Né à Lorient comme votre serviteur, montant la revue Le Canard sauvage (quasiment comme votre serviteur avec son Connard sauvage...) et divaguant comme lui...      J'ai quelque part ce vieux livre de leur groupe, les beaux textes de Jean Sarment entre autre. Je vais retourner l'appartement, ça... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (14)

XXIII (14) " Or dans la vie, les choses ne se passent pas ainsi. On peut mourir d'un simple accident, sans qu'aucun "désir s'y réalise". Mais quand il y a "désir" ou qu'on le soupçonne, on trouve des quantités de gens qui, après coup - et il le faut bien pour eux car ils ont besoin non seulement de comprendre mais de défendre l'idée qu'ils s'en font pour se protéger eux-mêmes, protéger leur ami, ou accuser un tiers, en l'espèce tel médecin qui n'aurait pas fait tout ce qui s'imposait du dehors, d'un dehors "supposé objectif", "à... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (13)

" Tu sais, dans l'histoire d'un individu comme dans l'histoire d'un peuple, Sophocle l'a bien dit, il n'y a de vérité définitive que dans l'après coup de la mort, c'est-à-dire d'une fin irrémédiable, à laquelle plus personne, en premier lieu le mort, ne peut plus rien changer. Et c'est ce coup d'arrêt de la mort qui fait l'après coup à partir duquel on peut décider (cas de Sophocle) si le personnage mort a été heureux ou pas, et dans le cas d'Hélène, ce qui a "causé" sa mort.
Posté par herve le derve à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (12)

XXIII (12) " Or nous avons tous, tous, des fantasmes inconscients agressifs, voire d'homicide, et de meurtre. Si tous ceux qui nourrissent en eux ces fantasmes devaient passer aux actes, nous devrions tous devenir nécessairement, entends-tu, tous des meurtriers. Or l'immense majorité des gens peuvent parfaitement vivre avec leurs fantasmes même homicides, sans jamais passer aux actes pour les réaliser. " Ceux qui disent : il l'a tuée parce qu'il ne pouvait plus la supporter, parce que, même inconsciemment, il désirait se débarrasser... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (11)

XXIII (11) " Or ce qui est très gênant dans ce type de raisonnement (très répandu parce que très rassurant - on y tient en effet une "cause" indubitable), c'est le "parce que" qui y introduit une nécessité sans appel, sans tenir aucun compte de l'accumulation des éléments aléatoires objectifs.
Posté par herve le derve à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (10)

XXIII (10) " Je sais qu'il se trouvera toujours des gens, et même des amis, pour dire : Hélène était sa maladie, il a tué sa maladie. Il l'a tuée parce qu'elle lui rendait la vie impossible. Il l'a tuée parce qu'il la haïssait, etc. Ou, plus élaboré, il l'a tuée parce qu'il vivait dans le fantasme de sa propre autodestruction, et que cette autodestruction passait "logiquement" par la destruction de son oeuvre, de sa notoriété, de son analyste, et finalement d'Hélène qui résumait toute sa vie.
Posté par herve le derve à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (9)

XXIII " Dans votre drame, l'impondérable objectif et non fantasmatique est présent du début à la fin, jusqu'au dernier moment. " Tout ce qu'on peut dire aussi, c'est que toi, qui lui as sans doute donné la mort, peut-être en voulant seulement la masser soigneusement, puisqu'on n'a observé aucune trace de strangulation extérieure, tu aurais voulu réaliser ton désir de mort et, tout en lui rendant l'immense service de la tuer à sa place (car elle était bien incapable de se tuer elle-même), tu aurais en même temps voulu réaliser... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (8)

XXIII (8) " Que se fût-il passé en effet si, par exemple - et ceci est parfaitement objectif ! -, Hélène n'avait supplié ton analyste, qui voulait t'hospitaliser sur-le-champ, de lui accorder un délai de "réflexion" de trois jours ? Pourquoi au fond d'elle-même a-t-elle supplié ton analyste de lui ménager ce délai ? Et surtout, surtout, que serait-il advenu si la lettre exprès de ton analyste, postée le vendredi 14 à seize heures et demandant à Hélène de lui téléphoner de toute urgence, pour provoquer l'hospitalisation immédiate... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (7)

XXIII (7) " Mais comment choisir entre ces hypothèses ? " Dans cet ordre, tout est concevable, ou presque. Mais sur ce fond de la chose, on ne saura jamais rien d'absolument sûr, tant les éléments accumulés dans le déclenchement du drame sont multiples, subjectivement complexes et indécidables, et objectivement en grande partie aléatoires.
Posté par herve le derve à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2014

XXIII (Non lieu) d'Althusser (6)

XXIII (6) " Sur le fond, Hélène avait-elle un désir d'en finir avec la vie (elle n'avait depuis un mois cessé de parler de se tuer mais tu l'en savais incapable) qu'elle a passivement accepté de tes mains la mort qu'elle t'avait supplié de lui donner ? Ce n'est pas non plus à exclure. " Ou bien avais-tu, comme durant toute ta vie, un tel d"sir de venir à son secours, de venir à l'aide de son désir le plus intense, le plus désarmé, que tu aurais inconsciemment, réalisé son désir d'en finir avec la vie ? Cas de ce qu'on appelle le... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]