04 septembre 2014

ce qui manque...

     Je n'arrive pas à définir ce qui manque à Hippocrate de Thomas Lilti pour être un film abouti ! Pourtant il a tout pour plaire, aspect documentaire, intrigue bien ficelée, acteurs dans leurs rôles (Carole Franck, Philippe Rebbot pour les seconds rôles et les autres acteurs principaux)...      Je reconnais là la patte du scénariste du bien étonnant Tele gaucho, coécrit et réalisé par Michel Leclerc, mais il manque quelque chose et je pense même que c'est en partie au niveau du scénario.... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2014

vie brute

    Vu au hasard le film Party Girl de trois jeunes co-réalisateurs : Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis. Epatant ! Dans le Forbach d'une partie de ma famille, tout est bien rendu, la langue, l'accent, la vie, les bars, la rue.      Belle émotion d'un cinéma déjà mûr !
Posté par herve le derve à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2014

pleurer avec

     Vu le très réussi mélo qui est davantage qu'un mélo Nos étoiles contraires de Josh Boone.      Pleurer avec mes enfants, c'était fort...
Posté par herve le derve à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2014

Sils Maria

     Pourquoi les bandes-annonces sont aussi mal foutues en ce moment ! Celle de Sils Maria d'Olivier Assayas ne déroge pas à la règle, comme celle de Benoit Jacquot pour son Trois coeurs.      Bon, mais j'y suis allé quand même voir le film dans les montagnes, essayant de ne penser ni à la bande-annonce ni à L'Amour est un crime parfait des Larrieu.      J'ai vu cinq films du réalisateur, je l'ai toujours trouvé doué, surtout au scénario, heureusement moins théoricien... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2014

Kış Uykusu !

     Vu Kış Uykusu, autrement dit Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan. Que dire ? Ce serait trop long. Quelle écriture ! Quel jeu ! Maîtrise ! Une respiration, une intelligence, bref des poncifs, ce n'est pas une critique que je fais, des mots seulement, waouh !      J'ai pensé à Theo Angelopoulos, à son acteur Bruno Ganz, à Shakespeare, à Tchekhov, à Bergman, au personnage Oblomov, Abbas Kiarostami mais le film tient pour lui seul, sans références, acteurs et écriture ! ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 août 2014

Nico le pou

Mon moteur c'est le pou devoir
Posté par herve le derve à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2014

aussi lu !

     Et lu ENFIN Blast dernier volume du bon Manu Larcenet ! ENFIN ! Pas d'argent pour l'acheter alors je l'ai lu à la fnac, comme quand j'étais petit, dans les travées du supermarché, celui qui avait brûlé, à Purpan...      Quel plaisir d'arriver à la fin ! Le Combat ordinaire c'était dur à vouloir tourner la page pour finir, mais là, du soulagement quand même...
Posté par herve le derve à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2014

lectures éclaires

     Lectures : angoissé de finir la relecture de South of No North de Charles Bukowski, j'ai enchaîné avec La Douleur de Marguerite Duras. Texte si fort, condensé ! On est dans l'attente et chacune de ses peurs ! Mais que dire de son Rabier qui a suivi ? Mélanges de styles, ça ne tient pas !      Et ciné : The Double de Richard Ayoade, avec l'excellent acteur Jesse Eisenberg.      Et bd : la série complète de Samba Bugatti de Griffo et Dufaux, un peu vieillie...
Posté par herve le derve à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2014

pas papillon je cite

     Butiné sur la toile en essayant de m'en extraire avant que l'araignée ne vienne sucer ma moelle, quelques textes de Murièle Modély dont j'ai déjà parlé il me semble. "je ne suis pas un papillon j'arrache avec application toutes les ailes accrochées au plafond"      
Posté par herve le derve à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2014

lire un peu, dormir beaucoup

     Peindre un peu, m'allonger beaucoup.      Quand je lis Vian, la même question toujours : pourquoi écrit-il ? Chaque description remet en cause la littérature installée, les actions incohérentes s'enchaînent, aucune sympathie pour aucun personnage, bref, pourquoi lire ?
Posté par herve le derve à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]