23 octobre 2018

Inflexion, Fabrice Farre

     Un vide après Dostoïevski, alors, j'attrape un livre qu'on m'a prêté ici, au soleil girondin, ça marche cette phrase de Fabrice Farre, avec ses rebonds, qui se déploie sur sept vers.   "Quand, adossé au mur, tu répètes tous les mots possibles aux petits soldats de terre, la raison éventre le sol en roulant, le corps en perte d'équilibre s'endort avec un alphabet d'où surgirait une vingt-septième lettre, une nouvelle inquiète nourrie par la crainte de la connaissance."
Posté par herve le derve à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2018

JV au matin

     Hier soir, à Bordeaux avec les amis, parler écouter parler, poésie, monde, fourmis, vins, rien, tout...      Au petit matin, un cadeau à mon chevet, de la girondine allée avec le soleil, toujours la délicatesse. Mes yeux s'ouvrent, le chat semble sommeiller, moi me réveiller, je lis, je survole le lignes du livre, Livrés aux géographes, de Jacques Vandenschrick... "     Les trains de nuit, fonçant au flanc des provinces, tranchent les gares, wagons semblant de longs loups noirs en... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2018

attente floue dans le public

     Et la veille encore, en soirée, à attendre le début du Roi se meurt de Ionesco, au Théâtre du Pavé, par la troupe des Vagabonds...     La pièce se révéla nouvelle encore pour moi qui l'avais lue, vue, plus d'une fois... la bonne profondeur ce soir-là...
Posté par herve le derve à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2018

oubli d'auteur

     Je feuilletais les livres que me conseillait l'excellent libraire - Jean-Paul - de la librairie Olympique de Bordeaux, des poètes, connus ou inconnus de moi, toujours imprévisibles, dans leurs vers et phrases. J'ai photographié une page de l'un d'eux, je pense que c'était une femme, une grecque, une poétesse, mais n'en suis plus très sûr (penser à photographier les couvertures des livres aussi).   Consonnes       Loin dans les entrailles de la terre, habitait un pauvre peuple dont la langue... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2018

et vu et lu... octobre (1)

plein de belles choses depuis début octobre : quand je mets un seul h : très bof, un H pas terrible, 2 HH bien, 3 HHH super, 4 HHHH extra ! Macaroni, BD de Campi et Zabus : HHH L'Alcool des vents, poèmes de Michel Baglin : HHH Jardin de poèmes enfantins, poèmes de Robert-Louis Stevenson : HHHH Les Héritiers, série télé d'Arte, saison 1 et 2, 17 épisodes : HHH Lomax, BD de Duchazeau : HHH Le beau voyage, BD de Zadrou et Springer : HHH Leave no trace, film de Debra Granik : HH L'armure du Jakolass, BD de Larcenet : HHH ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2018

My Kingdom de R.L. Stevenson

Down by a shining water well   I found a very little dell,     No higher than my head.   The heather and the gorse about   In summer bloom were coming out,          5   Some yellow and some red.      I called the little pool a sea;   The little hills were big to me;     For I am very small.   I made a boat, I made a town,   10 I... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2018

orgie de lumière

     Même poème, même auteur, des fulgurances, pas toujours, mais quand même de temps en temps...      "Il est mort d'une orgie de lumière, entre deux fatigues, entre deux nuages."
Posté par herve le derve à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2018

fissile

     Sans le savoir, Jacques Dupin, dans son poème La rose et le rat, tiré de son recueil Cendrier du voyage, a défini mon rapport à la variante du jeu d'échecs, qui me bouffe ce qui restait de mon cerveau depuis la fin de la rédaction de mon roman, septembre 2015 : "J'ai joué pour perdre et j'ai gagné : je suis perdu."
Posté par herve le derve à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2018

mots qui penchent

     Je rends grâce à Michel Baglin pour ses poèmes, pour son titre L'Alcool des vents, pour ses phrases à rebonds, à rallonges, heurtées, précipitées de ralentir.   "Tu rendras grâce à nos fidélités, bien sûr, mais plus encore à notre fidélité au vent      qui tourne, retourne, détourne, contourne et jette à l'ortie le chapeau      et flambe dans la paille des convictions et dépouille l'épouvantail de ses hardes,      apportant parfois avec... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2018

et vu et lu... septembre (2)

plein de belles choses depuis la mi-septembre : quand je mets un seul h : très bof, un H pas terrible, 2 HH bien, 3 HHH super, 4 HHHH extra ! Lignes de fuite, BD de Kikuo Johnson : HH Still the water, film de Kawase : HHH La Nuit du chasseur, film de Charles Laughton : HHH Médée, pièce de théâtre d'Anouilh : HHH Henry VI, première partie, pièce de théâtre de Shakespeare : HH L'Amour flou, film de Bohringer et Rebbot : HHH Maus, BD de Spiegelman : HHHH Les rescapés de la patience : poèmes de Grânâz Moussavi : HHH Les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]