19 avril 2013

au plafond, malgré les apparences d'Eric Chevillard facto-cité (le pauvre) par le connard sauvage en couleurs

  Il existe ainsi un gris qui vaut le rouge, malgré les apparences, qui va plus loin dans l’idée ou le sentiment du rouge que le rouge, un gris plus rouge que le rouge, plus intimement rouge que le rouge, le gris du rhinocéros par exemple, un gris plus nettement bleu que le bleu, le gris de l’éléphant, un gris plus profondément vert que le vert, le gris de l’hippopotame, un gris d’un jaune que le jaune n’atteindra jamais, le gris de la pierre. Au plafond.  
Posté par herve le derve à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2013

Chevillard Eric, au plafond

dans le ciel je suis un homme installé
Posté par herve le derve à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2013

boucles anciennes

You're so far I just can't see
Posté par herve le derve à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2013

Tout seul

     J'avais pu critiquer par le passé les bandes dessinées de Christophe Chabouté, trop proches de l'univers de Comès, une sorte de déjà-vu.      Bon, j'étais sévère.      Hier soir, dans des conditions parfaites, j'ai lu Tout seul, sorti en 2008 aux Vents d'Ouest, cet homme qui n'a jamais quitté son phare, déchiffrant le monde avec son dictionnaire... J'étais comme lui, seul dans mon immeuble, au dixième étage, dehors le vent soufflait, ne manquait plus que les vagues et... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2013

des films surimi

     Plus c'est gros plus ça passe. On est gavés de débilités, alors certains ont trouvé le filon, ils en rajoutent encore, parodiant, dénonçant tout en la traitant, toute cette masse débile ; je pense à Almodovar et à Tarantino avec leurs derniers films. C'est fou, ça passe, comme passe le surimi...
Posté par herve le derve à 23:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 avril 2013

Corps perdu d'Aimé Césaire (6)

Aimé CÉSAIRE Recueil : "Corps perdu" Le vent hélas je l’entendrai encore nègre nègre nègre depuis le fond du ciel immémorial un peu moins fort qu’aujourd’hui mais trop fort cependant et ce fou hurlement de chiens et de chevaux qu’il pousse à notre poursuite toujours marronne mais à mon tour dans l’air je me lèverai un cri et si violent que tout entier j’éclabousserai le ciel et par mes branches déchiquetées et par le jet insolent de mon fût blessé et solennel je commanderai aux îles d’exister
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2013

Corps perdu d'Aimé Césaire (5)

Aimé CÉSAIRE Recueil : "Corps perdu" Ah qui vers les harpons me ramène je suis très faible je siffle oui je siffle des choses très anciennes de serpents de choses caverneuses Je or vent paix-là et contre mon museau instable et frais pose contre ma face érodée ta froide face de rire défait.
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2013

Corps perdu d'Aimé Césaire (4)

Aimé CÉSAIRE Recueil : "Corps perdu" Choses écartez-vous faites place entre vous place à mon repos qui porte en vague ma terrible crête de racines ancreuses qui cherchent où se prendre Chose je sonde je sonde moi le portefaix je suis porte-racines et je pèse et je force et j’arcane j’omphale
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2013

d'Aimé en attente des mots

Alors la vie j’imagine me baignerait tout entier mieux je la sentirais qui me palpe ou me mord
Posté par herve le derve à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2013

Corps perdu d'Aimé Césaire (3)

Aimé CÉSAIRE Recueil : "Corps perdu" Alors la vie j’imagine me baignerait tout entier mieux je la sentirais qui me palpe ou me mord couché je verrai venir à moi les odeurs enfin libres comme des mains secourables qui se feraient passage en moi pour y balancer de longs cheveux plus longs que ce passé que je ne peux atteindre.
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]