30 juillet 2012

La Forme d'une poche, extrait

     La soudaine angoisse de sentir que ce qui n'est plus là va vous manquer est semblable à la découverte inopinée d'une jarre à terre et brisée en morceaux. John Berger, 2001, Fage éditions
Posté par herve le derve à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2012

La Forme d'une poche

     Une amie me parle d'un livre, La Forme d'une poche de John Berger, j'ai envie de le lire, tout de suite. Cette amie me montre le livre, je le feuillette, des belles phrases, mais je n'ai plus envie de le lire.    
Posté par herve le derve à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2012

fin de livre

     Fini Porteurs dâmes de Pierre Bordage, pas de surprises, on court on court on court et à la fin, on s'en sort... Il faut toujours être capturés par les méchants une ou deux fois dans l'aventure et en réchapper de façon tout à fait improbable...      Enfin, trois petits jours de lecture rapide, ça fait du bien, ça change des livres à cinq minutes/page...
Posté par herve le derve à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2012

lire un thriller

     Lire un thriller, c'est étrange ; ce que j'aime dans la littérature, c'est peut-être l'inverse, le temps, les errances, l'espace, le temps de la réflexion, les voix entremêlées.     Le thriller lui, précipite, hurle, engage tout le monde à sa suite, sa course, sans rien d'autre à s'accrocher, dans cet entonnoir à mots resserrés.     Enfin, ça fonctionne quand même...
Posté par herve le derve à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2012

lire l'été

     Je suis entré dans le vif du livre de Pierre Bordage, Porteurs d'âmes, ça va mieux. Entre le polar et la sf, ça roule. Je ne fais plus attention aux phrases, c'est bon signe.
Posté par herve le derve à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2012

La Vie sans principe, 夺命金, Duó Mìng Jīn

     Eh bien voilà, tu entres dans la salle, tu vas voir un film inconnu, dans une ville inconnue, avec un ami (un peu connu quand même) et tu ouvres les yeux. L'écran lance des images venues de nulle part, d'Hong-Kong. Des gens s'agitent, l'argent est le centre, la crise est là, frappe les gens, sans pitié. Puzzle multiforme, dingue, intrigues entremêlées, montage abrupt, des retours en arrière non marqués (l'homme vu mort à la scène précédente marche maintenant dans les rues), tout avance, dans une logique... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2012

stop encore

     Mais non, très belle aventure de stop hier ! Une heure d'attente et de doutes à l'entrée de l'autoroute. Je pense même à rentrer chez moi à pied... Un auto-stoppeur est pris lui en moins de dix minutes ! moi, toujours pas ! Je décide de me rendre à sa place et à ce moment-là, un camionneur que je n'avais pas remarqué me fait signe de le rejoindre. Je cours avec mes sacs et monte à son bord.     Il se rend à Marseille, très sympathique personnage qui vend des camions au Togo. On parle bien, de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2012

couleurs des mots

Le même mot ne raisonne jamais de la même façon il percute dans la tête choisit d'être doux ou cruel, paisible ou agressif, nous, nous le subissons.
Posté par herve le derve à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2012

bien le scénar

     J'ai relu mon scénario, bien, rapide, les personnages ne me semblent pas lisses, complexes, optimistes oui. Enfin, on n'écrit pas pour être jugé, mais pour filer des sensations aux lecteurs, aux spectateurs, qu'ils soient pris d'émotions...
Posté par herve le derve à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2012

le caravagisme nordique, drôle d'invention !

     Décevante exposition sur le caravagisme.     Je n'y connais rien, cela ne me paraît pas un mouvement, ni une école, tout peut entrer dans cette catégorie du caravagisme...     Des sujets mal équilibrés présentés, des bébés mal proportionnés, des obsessions pour les seins ridicules, des chiens affreux, des musiciennes repoussantes...    De temps en temps une forte lumière, impressionnante, des visages si réels ! Mais quel immobilisme !     Honte sur... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]